02 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 01 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 02 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 03 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 04 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 05 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 06 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à

 Pour écouter le texte voir le lecteur en bas de page

Malestroit

Religieuse5


En choisissant Malestroit, petite cité médiévale, les Augustines de Vannes continuaient une tradition de présence religieuse :
- De 1633 à 1791, il y eut des Augustins sur l'île Notre-Dame.
- Au 17ème siècle, des Soeurs de St Thomas de Villeneuve tenaient l'Hôpital. Les Filles de la Sagesse les y remplacèrent en 1802.
- De 1670 à la Révolution, une maison, ancienne demeure de seigneurs de Malestroit. achetée par les Ursulines et agrandie, devint une école. En 1828, Jean-Marie de Lamennais. qui venait de fonder la Congrégation des Prêtres de St Méen, l'acheta et y établit le Noviciat.


Ayant appris que les Frères de Lamennais voulaient se défaire de leur maison, les Augustines de Vannes l'achetèrent, remerciant le Seigneur de leur avoir ménagé cette résidence ou elles avaient l'espoir de pouvoir continuer leur vocation: servir Dieu dans la priere et dans les Pauvres.

Arrivée à Malestroit

Religieuse6

 

Elles arrivèrent à Malestroit le 25 octobre 1 866, fort bien accueillies par la population et placèrent leur nouveau Monastère sous le vocable de l'Immaculée Conception.

Là encore les débuts furent difficiles: la maison, inoccupée depuis de nombreuses annees, n'avait pas un endroit pour faire du feu, les toitures étaient percées et tout à l'avenant.

Les débuts de l'Oeuvre Hospitalière

Religieuse8


Une partie des bâtiments avait servi d'école autrefois. C'est sans doute ce qui amena les soeurs à ouvrir un petit pensionnat, en attendant d'aménager un lieu pour établir une oeuvre hospitalière. Le 6 octobre 1867, 6 élèves sont accueillies. Des constructions sont entreprises pour agrandir la maison et pouvoir recevoir des malades. Les plans dressés, "nous avons disposé le terrain en abattant nous-même, aidées de quelques manoeuvres, deux vieilles maisons et en creusant les fondations. Nous avons, par ce moyen, ménagé des frais er mis réserve de vieux matériaux » (Annuelle)

Petit à petit la vie s'organise dans le nouveau Monastère; à côté des petites pensiormaires, voici onze vieilles femmes, dont une aveugle. « Il nous semble que nous avons presque changé de vocation. Vous vous figurez ce que doivent souffrir nos coeurs d 'hospitalières de n'avoir plus ces chers malades au service desquels était toute notre vie.' » (Ibid)

La guerre de 1870 amène un contingent de blessés, rappelant aux soeurs ce qu'elles avaient vécu jadis.

lien interne Suite de l'historique