02 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 01 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 02 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 03 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 04 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 05 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 06 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à

 Pour écouter le texte voir le lecteur en bas de page

Dieppe

chanoinesse1 

Que savons-nous de ce Monastère de Dieppe, berceau de l'Ordre?

Nous savons que les Frères et les Soeurs priaient ensemble les Heures canoniales, tant de jourque de nuit, dans un oratoire, et que les Soeurs faisaient Profession solennelle de religion et de servir les Pauvres, sous la Règle de St Augustin.

Nos soeurs de Dieppe, ainsi que les Frères Ermites de St Augustin, accueillaient et hébergeaient dans l'Hôtel-Dieu de cette ville, les pauvres et les malades. On les voyait aussi se rendre dans les habitations troglodytes des falaises et dans les taudis de la ville, pour réconforter et soigner.

Leur pauvreté était grande: elles allaient sur le port mendier du poisson pour tout ce monde a leur charge.

En 1562, les Calvinistes saccagent la ville de Dieppe, ravagent l'Hôtel-Dieu, brûlent les papiers les plus importants et chassent les religieuses. Ces dernières se réfugient à Pontoise, chez les Chanoinesses de St Augustin. Elles y demeurent un an, et, rétablies dans leurs biens par Catherine de Médicis, rentrent à Dieppe.

Le Concile de Trente se tenait alors. Il se pencha sur la réforme des Ordres religieux et enjoignit à toutes les religieuses de prendre une stricte clôture. Avec l'aide des Chanoinesses de Reims, les Soeurs de Dieppe mirent en application les décisions du Concile, rédigeant de nouvelles Constitutions. Nous possédons ces écrits qui, imprimés en 1631, demeurèrent notre Livre de vie jusqu'en 1931.

lien interne Suite de l'historique