è
02 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 01 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 02 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 03 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 04 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 05 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à 06 Monastère des Augustines de Malestroit, communauté des soeurs chanoinesses hospitalières au service des pauvres et malades à

Témoignage de Soeur Roxane: Décembre 2009

service vocations

 

Arrivée à Malestroit en 2007, au sein de la Communauté des Augustines de la Miséricorde de Jésus, je viens de faire ma première profession religieuse le 8 décembre dernier, après 2 ans de noviciat (temps d’initiation à la vie religieuse). J’ai donc prononcé mes premiers vœux [1], traditionnels dans l’Eglise, de pauvreté, chasteté et obéissance, avec un 4ème qui nous est propre, celui de la Miséricorde, du service des pauvres et des malades, puisque nous sommes des sœurs hospitalières.  Pourquoi ai-je choisi la vie religieuse, et dans la Communauté des Augustines ?

C’est suite à une expérience forte de Dieu, de son « Amour fou » pour moi, que j’ai perçu cet appel à Le suivre de plus près. Ce désir a grandi en moi, et il m’est apparu de plus en plus comme une évidence, que le Seigneur me rendrait vraiment heureuse si j’acceptais de Lui remettre toute ma vie (ce que je suis, ce que je possède, ce que je fais, ceux que j’aime, mes choix et mes désirs, mes projets…) pour qu’Il en fasse son Œuvre, et me donne de porter du fruit. Pour commencer, j’avais choisi de devenir infirmière, pour aimer, consoler Jésus dans les malades auxquels Il m’enverrait, accomplissant ainsi la Parole de l’Evangile qui dit : « … dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25,40). Mais très vite, je me suis rendue compte que cela ne me suffisait pas, de me donner à Lui uniquement dans une dimension de ma vie : professionnelle.

En fait, le Seigneur m’appelait à la vie religieuse, tout en continuant à me donner en tant qu’infirmière. J’aime à dire, que ces deux aspects de ma vocation, sont comme deux poumons de mon être, qui me font vivre. En effet, c’est mon bonheur de recevoir Jésus le matin, lors de notre Eucharistie quotidienne, en Communauté, pour ensuite aller Le redonner, Lui, à ceux qu’Il met sur ma route, et en même temps, de Le rejoindre dans mon prochain. Car Il a tellement soif que nous ayons soif de Lui. J’ai donc choisi la Communauté des Augustines de Malestroit, car c’est ici que j’ai trouvé un bel équilibre de vie entre ces deux aspects de ma vocation. 

Est-ce que nous sommes toutes infirmières ou « dans le médical » chez les Augustines ?

Bien sûr que non ! Disons que nous avons le même désir, de nous mettre à la suite du Christ, à son école, et n’est-ce pas l’Amour qu’Il est venu nous enseigner ? Toute notre Règle, celle de St Augustin, nous oriente vers Lui, vers l’Amour, et nous invite à l’Amour, donc pas toutes seules, mais ensemble, en sœurs. La vie fraternelle, très chaleureuse chez nous, est l’un des 3 piliers de notre vie religieuse, que l’on dit canoniale, avec la prière liturgique (ensemble!) et personnelle, ainsi que le service des malades, pour nous, au sein de notre clinique, à Malestroit. Pourquoi cette démarche de prononcer des vœux ? Saisies par son Amour pour nous, nous cherchons à donner au Seigneur la première place dans toute notre vie, et pour cela, à laisser ce qui n’est pas essentiel. Contrairement à la caricature assez répandue qui réduit les vœux à une longue liste d’interdits: « Alors, vous n’avez pas le droit de faire ceci, cela… » - comme s’ils nous mettaient à l’étroit, nous enlevaient notre liberté -, c’est, selon moi, tout le contraire qui se produit. En vivant de mes vœux, qui me lient à Celui que j’aime de tout mon cœur, le Christ, je me sens toujours plus libre, et libre pour aimer plus et en vérité ! Disons qu’ils représentent pour moi une certaine règle de vie, une forme d’imitation de Jésus Christ, qui m’aident à m’orienter vers ce qui est vraiment beau, bon, vrai dans la vie ; ils sont pour moi le moyen de maintenir ce cap. Ils ne rabotent pas ma personnalité, au contraire, ils m’aident à devenir toujours plus pleinement qui je suis vraiment, choisissant de laisser le paraître, ce qui est superficiel, ce qui passe, tout égoïsme, pour m’ouvrir toujours plus aux autres, et au Tout Autre qui est Dieu. Par-là, je réponds à l’invitation de St Augustin, lorsqu’il dit : « Aime et dis-le par ta vie ».

[1] pour une période de 3 ans, avant de les prononcer définitivement pour toute ma vie.

Route St Martin 2012

.   

Entrée au noviciat de Sr Jeanne-Aimée

.   

Profession temporaire de Soeur Catherine - 15 juin 2013

Profession perpétuelle de Soeur Roxane - 11 mai 2013

Week-end des 22-23 février 2014 : Danser sous le Regard de Dieu animé par Hélène Goussebayle

2ème édition de ce week-end au féminin pour les 18-40 ans : au programme, des danses d'Israël et ...

Venez et vous verrez !

Pour tous renseignements :

Mail : accueil.amj@gmail.com

ou Tél : 02.97.73.18.00 (demander le poste 2131)

lien fichier pdf Affiche du week-end Danser sous le Regard de Dieu
lien fichier pdf Pour vous inscrire au week-end

Profession temporaire de Sr Jeanne-Aimée - 25 octobre 2014

.   

Profession perpétuelle de Sr Laure du Sacré Coeur - 28 août 2014

.